Dossier HON sur le vieillissement



6. Conclusions

Pour la première fois de son histoire, l’humanité vieillit. Les causes du vieillissement de la population sont multiples mais l’augmentation de la longévité moyenne en est majoritairement responsable.

Il est généralement admis que le vieillissement de la population va s’accompagner d’un grand nombre de problèmes socio-économiques. Des scénarios "pessimistes" prévoient que les personnes âgées seront de plus en plus nombreuses, malades et dépendantes, qu’elles coûteront cher à la société, seront à l’origine d’une discrimination ("âgisme") et d’un grand nombre de conflits intergénérationnels. D’autres scénarios, plus optimistes, prévoient que les personnes âgées seront nombreuses mais seront une ressource pour leur famille et pour la société ("armée de volontaires"). Ce type de scénarios "optimistes" est fortement dépendant de l’état de santé (physique et psychique) des personnes âgées.

Afin de favoriser les scénarios optimistes il est indispensable d’intervenir rapidement. La recherche scientifique interdisciplinaire et l’(in)formation de la population sur les progres scientifiques, encore incomplètes mais déjà consequents seront nécessaires pour avoir une vue d’ensemble sur l’impact environnemental du vieillissement et pour envisager les thérapeutiques efficaces visant à retarder ses effets délétères.

En attendant le médicament "anti-âge" idéal, il est indispensable de veiller à ce que les personnes âgées aient une place dans la vie de la société. Les décisions politiques adéquates, veillant à respecter le principe d’équité intergenérationnelle et favorisant la solidarité entre les générations seront nécessaires pour diminuer les différentes tensions intergénérationnelles. La recherche visant à diminuer les avatars dus à l’âge, les nouvelles technologies et l’adaptation des différentes infrastructures publiques (transports, maisons de retraires) et privées (appartements pour tous les âges, aides familiales) par rapport aux besoins de la population âgée, pourront améliorer la vie quotidienne des sujets âgés.

Afin de garder une participation active dans la vie sociale, un effort considérable doit être également effectué de la part des personnes âgées elles-mêmes. Elles doivent se rendre compte que, même si elles ont terminé leur vie professionnelle, il leur est impossible de se replier sur elles-mêmes car elles ont des nouvelles missions à remplir (en tant que citoyens, grands-parents, tuteurs, retraités solidaires). Avec l’arrivée de la génération des "baby boomers" au seuil de la vieillesse, les revendications des personnes âgées face à la participation aux ressources économiques, sociales et culturelles vont probablement s’intensifier et l’image négative, souvent associée avec les personnes âgées va progressivement évoluer. Les "baby-boomers" se sont exprimés tout au long de leur vie et il est inimaginable qu’ils se taisent le jour de leurs 60 ans…

Finalement, un certain nombre d’incertitudes face à l’avenir de la population âgée persistent. S’il est encore difficile de dire exactement quel futur attend "les vieux" de demain, on peut être certain qu’il sera "différent". C’est à nous de faire qu’il "vaille la peine d’être vécu".

 

Home

About us

Site map

Search

HONewsletter

© HON

Contact

 

  http://www.hon.ch/Dossier/Ageing/French/Conclusions.html Last modified: Fri Nov 1 2002