Dossier HON sur le vieillissement



4.1.3. Lésions cellulaires

Les lésions cellulaires dues aux métabolites de l'oxygène sont multiples. Les cibles principales de ces lésions sont les protéines, les membranes lipidiques, l'ADN et les mitochondries.

 

Figure 10 : Prinicipales cibles d’attaque du radical hydroxyl.

 

Les mitochondries sont les organelles responsables de la respiration cellulaire et de la phosphorylation oxydative.

Il a été suggéré que les mitochondries subissent l'effet délétère de l'âge et que les diverses modifications qui en résultent rendent les mitochondries non fonctionnelles (Miquel, 1980). La diminution de la production de l'ATP (énergie de la cellule) qui en résulte mènerait à une modification générale de l'homéostasie (équilibre) cellulaire, à la dégénérescence cellulaire et à la mort.

Il existe encore plusieurs controverses quant à la diminution in vivo du nombre et de la taille des mitochondries en fonction de l'âge. Des données diffèrent d'un laboratoire et d'un tissu à l'autre (dans le cœur, le volume total de la fraction sub-cellulaire contenant des mitochondries semble être inchangé mais la taille de la plupart des mitochondries est supérieure à celle observée chez les sujets jeunes). Au niveau histologique, des changements non spécifiques, tels que les ruptures des cristes, la vacualisation de la matrice ou la survenue des mitochondries géantes ont été décrits (Coleman, 1988). La fluidité des membranes mitochondriales, la diminution de l'activité de plusieurs systèmes de transporteurs (acyl carnitine-carnitine translocation; transporteur de calcium et de pyruvate), des modifications de la chaîne respiratoire et une perturbation de la synthèse de l'ADN mitochondrial sont également observées (Müller-Höcker, 1992). L'ADN mitochondrial isolé de sujets âgés contient un nombre non négligeable de délétions. Ces délétions ne sont pas observées chez les sujets jeunes, ce qui suggère qu’elles sont générées ou accumulées dans les cellules post-mitotiques au cours de l'âge. Le fait que l'ADN mitochondrial est mal protégépar les protéines (pas d'histones), que le système de réparation de l'ADN mitochondrial est inefficace et que les mitochondries sont des producteurs de radicaux libres de l’oxygène laisse supposer que l'ADN mitochondrial est particulièrement exposé aux lésions oxydatives. Ces lésions provoquent des mutations de l'ADN, sont à l’origine des altérations de la synthèse des protéines mitochondriales puis de la perte de l’activité protéinique (Wei, 1998).

En plus de l’effet des RLO d'activité enzymatique, il faut mentionner l'effet des RLO sur la peroxydation lipidique (Mattson, 1998). La peroxydation de la membrane mitochondriale peut être un événèment critique dans l'induction de la mort cellulaire programmée ou apoptose. Suite à la peroxydation de la membrane lipidique, le potentiel de la membrane interne de la mitochondrie chute, la perméabilité membranaire augmente et la libération de divers facteurs inducteurs de l'apoptose peut avoir lieu (Mattson, 1998; Polla, 1998).

 

Home

About us

Site map

Search

HONewsletter

© HON

Contact

 

  http://www.hon.ch/Dossier/Ageing/French/4.1.3.html Last modified: Fri Nov 1 2002