Dossier HON sur le vieillissement



3.2.4. Cerveau

Les altérations du cerveau chez les personnes âgées ont depuis longtemps été pressenties comme principalement responsables du vieillissement. Ce pressentiment a été basé sur le fait que les personnes âgées ont une capacité réduite à apprendre et qu'elles ont une forte tendance à l'oubli. Des études récentes suggèrent que les changements cérébraux soient plus subtils que la simple perte neuronale. La perte neuronale existe mais n'est pas généralisée. Elle touche sélectivement des parties spécifiques du cerveau (Morrison, 1997). Des altérations cérébrales majeures sont dues à la diminution de la densité de certains récepteurs ou de la production des neurotransmetteurs et à la démyélinisation des fibres nerveuses qui jouent un rôle fondamental dans la transmission des signaux (Perdigo, 1994; Wickelgren,1996; Robert, 1998).

 

Figure 5 : Schématisation des changements neuronaux observés chez les sujets âgés. A : chez le sujet jeune ; B : chez le sujet âgé.

Les différentes maladies dégénératives sont très souvent observées chez les personnes âgées. L'incidence de la maladie d'Alzheimer (d'après le nom d’un médecin allemand du début du siècle) dont la fréquence augmente en fonction de l'âge (Berr, 1997), est une des maladies dégénératives les plus connues.

En résumé :

Le vieillissement du cerveau est complexe. La perte de neurones, survenue en fonction de l’âge n’est pas l’unique, responsable du vieillissement du cerveau. Les interactions entre les cellules et les neurotransmetteurs sont également responsables de la diminution des capacités cérébrales observées en fonction de l’âge.

 

Home

About us

Site map

Search

HONewsletter

© HON

Contact

 

  http://www.hon.ch/Dossier/Ageing/French/3.2.4.html Last modified: Fri Nov 1 2002