Dossier HON sur le vieillissement



 3. Théories du vieillissement

Il existe plus de 300 théories du vieillissement. Toutes donnent des informations plus ou moins utiles mais non exhaustives sur les origines de ce phénomène biologique incontournable (Medvedev, 1990).

 

3.1. Théories évolutionnistes

"C'est en comparant la manière de vieillir des espèces et en étudiant des altérations biologiques de l’organisme survenues en fonction de l’âge que l'on peut tirer des conclusions quant aux mécanismes universels du vieillissement".

Les théories évolutionnistes étudient la longévité des différentes espèces animale La masse corporelle, la masse et la complexité du système nerveux, l’efficacité des systèmes de réparation du matériel génétique et des enzymes protectrices, le taux de recyclage (ou turn over) des protéines et l’existence de gènes dédoublés (réitérés) sont directement proportionnels à la longévité de la majorité des espèces (Spector, 1974; Hart, 1974; Strehler, 1986; Promislow, 1994; Agarwal, 1996).

Trois modèles de vieillissement peuvent être proposés chez les animaux:

le vieillissement rapide: un exemple représentatif de cette catégorie de poissons est le saumon du Pacifique. Le mâle de cette espèce meurt juste après l'accouplement. La mort est précédée par un vieillissement accéléré induit par une décharge de hormones glucorticostéroïdes (Huey, 1991);

le vieillissement négligeable: les esturgeons, les tortues, les tortues marines et les crocodiles vivent longtemps. Leur taille maximale est atteinte lors de la maturation sexuelle mais ils continuent à croître lentement et gardent la capacité de la multiplication cellulaire. Aucun signe de sénescence n'est observé chez ces animaux, mais il est possible qu'elle se déroule à un rythme très lent (Kara, 1994; Patnaik, 1994b).

le vieillissement progressif : certains poissons, reptiles, serpents et amphibiens (Patnaik, 1994a) dont la taille maximale est atteinte rapidement, vieillissent progressivement. Les changements pathophysiologiques accumulés avec l'âge sont similaires à ceux observés chez les mammifères.

Les rongeurs, surtout les rats et les souris, représentent un modèle expérimental adéquat pour étudier les problèmes du vieillissement (Copeland, 1993). L’utilisation de souris modifiées génétiquement pour exprimer des gènes particuliers (portant le nom de souris transgéniques) (Martus, 1995; Campion, 1997 ; Vijg, 1997;) ou de souris qui portent des caractéristiques spécifiques du vieillissement précoce ("Senescence-Accelerated Mouse" (SAM)) (Takeda, 1981, 1991; Naiki, 1993 ; Lecka-Czernik, 1997; Kurokawa, 1998; Shoji, 1998) a permis d’effectuer des progrès notables dans la compréhension des différentes altérations en rapport avec le vieillissement. Même si les études effectuées sur les animaux ne peuvent pas être directement extrapolés à l'homme, la compréhension des mécanismes inducteurs de différents types de vieillissement est nécessaire, car elle peut donner des indications précises quant aux mécanismes généraux responsables de l’initiation du processus (Spangler, 1996).

En plus de rongeurs, les animaux moins complexes sont fréquement utilisés. Les différents mutants d’un vers nématode Caenorhabditis elegans (C. elegans) (Honda, 1993; Larsen, 1993; Murakami, 1996; Morris, 1996; Hekimi, 1998; Tissenbaum, 1998), des mouches drosophiles mutantes ou transgéniques (Niedermuller, 1995, Johnson, 1997; Parkes, 1998), certaines levures (Schwartz, 1996; Marciniak, 1998) et les expériences effectuées sur les cellules isolées de l'organisme (cultures cellulaires, in vitro) ont également largement contribué à la compréhension de certains phénomènes biologiques en rapport avec le vieillissement.

En résumé :

Les travaux de recherche effectués chez l’animal mutant (dont un ou plusieurs caractères héréditaires différent de ceux des parents) ou transgénique (à qui on a transféré un ou plusieurs gènes supplémentaires) sont les outils principaux de recherche.

 

Home

About us

Site map

Search

HONewsletter

© HON

Contact

 

  http://www.hon.ch/Dossier/Ageing/French/3.1.html Last modified: Fri Nov 1 2002